Trip Fourgon – Danemark

Départ début juin, très grand beau temps en Bretagne depuis pas mal de temps, résultat erreur classique: on prend des fringues plus en fonction du temps qu’il fait ici sans penser que là-haut il fait forcément plus frais mais aussi peut-être moins beau… résultat on a passé les vacances avec le même pull et pantalon (ou presque).

Le voyage commence par pas mal de voie rapide, de Fouesnant à Caen, tout gratos (hum c’est bon ça) puis on attaque les autoroutes payantes… et on passe le premier pont d’une longue série: le pont de Normandie :
Pont de normandie

Notre première étape était à Douai, chez des copains (ça sert aussi à ça les trips, allez voir les copains 😀 ) qui nous ont fort bien accueilli, avec des produits locaux, la preuve :
Picon Bière

Le lendemain, suivant d’ailleurs leurs conseils avisés, nous ciblons Gand plutôt qu’Anvers, sur notre route et très sympathique, en prime c’est là qu’a grandi mon grand-père maternel, c’est donc pour moi un genre de pèlerinage. En visitant la ville, nous remplissons également 2 de mes objectifs de ce voyage (qui a dit motivations premières?) à savoir : manger de vraies frites belges et de vraies gaufres (liègeoises cette fois, mais je préfère les bruxelloises)
Gand

Le passage à travers l’Allemagne n’a d’agréable que le fait que les autoroutes soient gratuites, sinon ce fut assez pénible notamment à cause des travaux sur l’autouroute qui rétrécissaient la chaussée de sorte que la voie de gauche était inutilisable en fourgon, même avec la faible largeur du Trafic, et ça générait beaucoup de bouchons.

On s’est arrêtés pour dîner au pif, c’est tombé sur Osnabrück qui se trouve être la ville jumelée d’Angers où habite mon père, amusant. Enfin on a pas vraiment fait de tourisme, 150m après le panneau de la ville un resto italien nous fait de l’œil et comme la gastronomie allemande ne nous attire pas outre mesure, on assure avec une valeur sûre. Hasard encore on croise un français sur le parking du resto qui nous le recommande. Nous ne parlons allemand ni l’un ni l’autre (et le petit ne parle pas tout court) alors on se la fait en italien avec le serveur, ça marche ^^ . Le resto s’avère en effet très sympathique, on a bien mangé et bien bu (pas au sens quantité hein…).

Direction ensuite les abords du lac de Dümmer pour un petit camping sauvage tout à fait tranquille.

Le lendemain, fin de la route en Allemagne, direction l’île de Fehmarn, passage du pont qui la relie à la terre:
Fehmarn Pont

Et ensuite on prend le ferry à Puttgarden, direction le Danemark que l’on aperçoit en face à 20-25km
Puttgarden Ferry

Une fois sur Lolland (une des îles qui forme le Danemark) nous allons directement à Copenhague, passer la soirée chez mon beau-frère (Xavier, alias Xav pour le reste du texte), avec qui nous partons le lendemain pour un WE de 3 jours à la découverte des îles du Sud. Il ne connait pas non plus le coin, n’ayant pas de voiture, ses déplacements se sont pour l’instant limités à ceux imposés par son travail. Il est donc ravi de découvrir avec nous.

Première île, Møn (lire “meune”), que nous atteignons avec une fois de plus un pont:
Pont Møn

Sur Møn nous allons plein Est pour découvrir les falaises de Klint, superbe site, surprenant au milieu de toutes ces îles plutôt plates:
Falaises Klint

Nous déjeunons ensuite à Klintholm Havn (le port de Klintholm quoi) dans un resto buffet, ce qui nous permet de tester un peu de tout et notamment les spécialités culinaires danoises, guidés par Xav qui vivant là depuis un moment commence à bien connaitre la chose.
Port de Klintholm

Bon honnêtement, nous n’avons pas été emballés, la base semble être du poisson (hareng), séché, fumé, mariné… et la plupart du temps servi en sauce, à divers parfums mais presque toujours sucrée, ce qui n’est pas vraiment du goût de nos papilles franchouillardes. On avait eu le même style d’assaisonnement en Finlande, a priori ça serait très nordique. Même le pain noir est sucré. Il y a quand même quelques bonnes choses, notamment le poisson lorsqu’il n’est pas servi froid en sauce sucrée.

Nous poursuivons ensuite notre balade d’île en île, une petite église typique du coin au passage (mais vraiment typique, elles se ressemblent beaucoup)
Eglise

Sur l’île de Bøgø (lire “beugueu”) un joli moulin bien restauré sur le point culminant (facile 40m au dessus de la mer)
Moulin Bøgø

Le passage entre Møn et Bøgø se fait via une digue:
Digue Bøgø Møn

Nous passons ensuite sur l’île de Lolland où nous continuons nos pérégrinations:
Coquelicots

Nous nous promenons autour du petit port d’Hesnæs:
Port d'Hesnæs

Le Danemark est un pays de voile, avec toutes ses îles, ses fjords, ses mers intérieures, il offre une zone de rêve aux navigateurs, bien abritée, de nombreux ports et lieux de mouillage, de beaux paysages, il fait juste moins chaud que plus au sud mais c’est vraiment un beau coin pour naviguer.

Ci-dessous un très joli bateau allemand, le gars navigue seul dessus, la dure vie…
Port d'Hesnæs Joli Bateau

Pour la petite histoire, je suis tombé amoureux de ce joli bateau et plus tard à mon retour en France j’ai longuement cherché à l’identifier, sans grand succès et c’est finalement en discutant avec mon père féru de voile que j’ai pu l’identifier? Grâce à ma description (sans même voire la photo) il m’a dit “ça ne serait pas un folkboat par hasard?” en plein dans le mille en plus je l’avais en petit dans un de mes livres sur la voile. Il m’a confié alors que plus jeune ce joli voilier lui avait aussi tapé dans l’oeil. Très honnêtement dans quelques années, une fois la maison payée, j’aimerais beaucoup avoir le mien sur un ponton à Concarneau 🙂

Quelques maisons assez typiques, avec toit de chaume et faitage maintenu par des rondins, et les murs de la maison sont recouverts d’osier:
Port d'Hesnæs Chaumière aux murs recouverts d'osier

Autre bateau qui est arrivé au port tandis que nous nous promenions:
Port d'Hesnæs

Au centre de Lolland nous visitons Maribo, une jolie voiture ancienne, les danois sont fans, il n’est pas rare de croiser ce genre de voitures, comme neuves:
Maribo, jolie voiture

Une autre église sur Langeland, un peu différente du modèle standard:
Eglise Langeland

Notre coin de bivouac:
Bivouac
A noter qu’au Danemark, le camping sauvage est interdit, on a un peu cherché avant de partir peu d’infos de gens l’ayant fait avant nous, les seuls échos que j’ai eus faisaient état de responsables de camping qui venaient chercher les campeurs sauvages pour les amener à leur camping pour un quick stop (formule pas chère qui permet de louer un emplacement camping-car, mais il faut partir très tôt…).
Pour finir nous n’avons fait QUE du camping sauvage et jamais vu quelqu’un nous dire quoi que ce soit. Mais nous avons toujours cherché la plus grande discrétion et on évitait de se parquer à 200m d’un camping.
Là on est garés dans un parking derrière une plage, il y a même des sanitaires, nickels, avec eau chaude! D’ailleurs le matin en nous levant nous avons vu qu’ils avaient été nettoyés à 7h30! on s’est fait griller mais personne n’est venu nous dire quoi que ce soit.

Au Danemark vous trouverez ce type de sanitaires partout! D’une propreté irréprochable qui plus est. Ce n’est pas la France, ça se voit, en même temps ils sont nettement moins nombreux et les touristes sont aussi bien plus rares, ça aide.

Pour vous donner une idée de l’état d’esprit danois, vous trouverez également de nombreux stands, le long des routes, proposant les produits du potager (patates, fraises…), il n’y a qu’à se servir et glisser le prix indiqué dans la boite en fer blanc, personne ne surveille.Pas sûr que ça fonctionne bien chez nous ça ^^ (j’avais vu ça à Jersey également)

Après être passé sur Langeland via un bac depuis Lolland, nous allons jusqu’à Odense qui sera notre dernière île du WE, nous prenons ensuite le pont Odense-Sjælland (lire “chélande”), longueur: 18km, le plus long d’Europe:
Pont Odense Sjælland

C’est sur Sjælland que ce trouve Copenhague où nous finirons le WE pour visiter la ville guidés par Xav.
Copenhague

Copenhague est une ville avec pas mal de caneaux, nous prenons le bateau-mouche pour avoir un aperçu plus rapide:
Copenhague, ancienne bourse

Copenhague, façades colorées

Le bateau de la Reine:
Copenhague, bateau de la reine

La fameuse petite sirène, très prisée des japonais
Copenhague, petite sirène

(le guide nous expliquera que c’est parce que c’est le compromis parfait entre le porno et le sushi)

L’opéra de Copenhague:
Copenhague, Opéra

La bibliothèque royale:
Copenhague, bibliothèque royale

Une fois débarqués, je décide de tester un truc typique: la cabane à Hot Dogs, y’en a partout dans tout le Danemark, presque toujours la même chaine:
Copenhague hot dogs
Pas mauvais mais bon, saucisse d’origine inconnue, moutarde sucrée, ketchup sucré… plus trucs croustillants genre déchets de frites, pas très diététique tout ça.

Copenhague hot dogs

Copenhague héberge aussi en son sein une ex-communauté hippie, qui avait déclaré son indépendance à une époque, les lois danoises n’y avaient plus cours et la communauté s’auto-gérait, c’est encore plus ou moins vrai et on ne sait pas trop qui on y croise, entre les maisons d’artistes, les squats, entre les drogués et le commerce équitable, une petit goût d’alter-mondialisme dans ce coin de capitale un peu à part. Les photos à l’intérieur sont interdites donc vous n’aurez que l’extérieur:
Copenhague, Christiania

Nous quittons ensuite la ville, laissant le travailleur reprendre sa semaine et on part plein ouest prendre le bateau à Sjællands Odde pour Ebeltoft. Sur place nous visitons le village, charmant et très coloré ainsi que la frégate ci-dessous:
Ebeltoft, Frégate
Elle fait partie des bateaux de l’époque qui a vu la transition entre la voile et la vapeur et utilisait les deux modes de propulsion, remarquable notamment car son énorme hélice arrière était montée dans une cage qui pouvait être remontée lors de la navigation à la voile pour ne pas freiner le navire. Pour naviguer au moteur il fallait descendre l’hélice à poste et l’accoupler à son arbre, vu le poids de l’hélice ça devait être une sacré affaire…

Rue du village:
Ebeltoft, rue

Ensuite nous sommes montés nous promener puis bivouaquer au nord de Grena, près de ce joli phare, au bord de l’eau:
Phare de Stensmark
Nous n’avons pas beaucoup roulé car je voulais voir l’aquarium de Grena et nous n’avons pas été déçus, pas très grand il comporte quand même de nombreux bassins dont la pièce centrale est un grand bassin avec tunnel vitré, présentant de nombreux requins de belle tailles et plein d’autres poissons:
Aquarium de Grena

Ensuite nous avons repris notre route vers le nord, direction la pointe de Skagen, passant de nombreux fjords, avec des ponts ou comme ici des bacs:
Bac de Mellerup
Nous ne sommes montés qu’à 2 voitures sur celui-là, c’est le plus petit que nous ayons emprunté.

Nous avons finalement atteint Skagen et avons été voir la fameuse langue de sable qui se perd dans la mer, à la jonction de la baltique et de la mer du nord, mais on a été un peu déçus, finalement ça ne casse pas des briques et la météo très grise n’a pas donné à ce lieu toute sa beauté.

On s’est vengés sur le port de pêche de Skagen en mangeant dans une baraque de pêcheurs, c’était délicieux (et typique):
Restaurant Skagen
De bonnes crevettes fraiches en quantité, du saumon délicieux et des boulettes de poisson, arrosé d’une petite Carlsberg (bière danoise)

Petite vue du resto:
Restaurant Skagen

Un autre bivouac, là il commençait franchement à faire un sale temps, la pluie a commencé à nous accompagner de façon plus tenace…
Bivouac

Nous redescendons la côte ouest, souvent sur une bande de terre entre la mer du nord et de grands fjords intérieurs, franchissant encore via ponts et bacs les portes ouvertes entre mers:
Bac de Thyborøn

Le Danemark est le pays de l’éolienne, il y en a partout, Vestas le leader mondial est danois. Personnellement je suis très partagé sur ces grands hélices, si j’adhère bien à la réflexion qui guide leur utilisation (production d’énergie verte), je suis plus réservé sur leur impact environnemental et visuel, le Danemark produirait 25% de son électricité de cette façon, mais au prix d’un parc éolien omni-présent et en bénéficiant de conditions météorologiques favorables. Par contre je trouve que ça gache de nombreux paysages:
Eoliennes

A Argab, je profite d’une halte pour une session bien sympathique de planche:
Windsurf à Argåb

Halte à Ribe, en continuant notre descente, très jolie ville avant l’Allemagne:
Ribe

Dotée d’une belle cathédrale:
Cathédrale de Ribe

A Ribe nous dormirons carrément sur un parking à côté du centre-ville, très tranquillement et impec pour ne pas avoir à rentrer à pied du resto (et ainsi se faire plaisir avec un bon vin)

Le lendemain la pluie a décidé de nous coller au train toute la journée, nous descendons jusqu’en Allemagne, près de Sylt où j’espérais faire une autre session de planche (spot de niveau mondial), mais d’une, on accède à la presqu’île de Sylt uniquement en train (ou avec l’auto sur le train) donc ça s’improvise pas, et de deux il pleut à seaux…

Encore quelques éoliennes, allemandes cette fois, à perte de vue:
Eoliennes Sylt

Partis de Ribe, excédés par la pluie qui ne cesse pas, nous traçons directement jusqu’en Belgique, nous ne voulons plus voir l’Allemagne (encore des bouchons sur les autoroutes mais moins qu’à l’aller, nous avons évité l’autoroute le plus en travaux), du coup 1200km dans la journée. En Belgique la pluie nous quitte et nous dormons près de la frontière avec la France.

Le lendemain grand soleil, on fait quelques emplettes belges (bières, gaufres et speculoos) et on file sur la France, petit pèlerinage à Reims où j’ai vécu 3 ans puis direction l’est parisien pour retrouver d’autres amis.

Nous rentrerons ensuite en Bretagne par petites étapes pour voir des amis en chemin.

Un bien beau voyage mais un peu rapide à mon goût, nous avons fait beaucoup de km pour voir beaucoup de choses et pas assez profité et pris le temps sur place. Et je n’ai pu à mon grand regret faire qu’une session de planche à voile, alors que le pays regorge de spots terribles.

Pour ceux que ça tente ou qui hésitent, c’est un très beau pays, les gens sont aimables et ça se prête très bien à la vie en camion :thumright:

Le petit (7 mois) a été ultra-sage pendant qu’on roulait, pendant qu’on marchait (on le met dans un porte-bébé sur le dos), la nuit impec dans le camion, le matin il jouait tranquille sur la banquette et nous laissait dormir, bref, un ange. En même temps on l’avait prévenu, “si t’es pas sage on te laissera chez les grand-parents pour le prochain voyage” 😀

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.