repérage du Pladen, temps gris, pluie (un peu), vent (plus que prévu), froOAaaaa, SUP.

Spot Les Sables Blancs - France/Bretagne/Finistère (29)
Vmax3.82km/hV5x10s--nds
Distance3.3kmV500m2.81nds
Durée0h48m49s

Repérage du Pladen, temps gris, pluie (un peu), vent (plus que prévu), froOAaaa, SUP.

Avec ces conditions superbes et la météo du reste de la journée du même acabit, je dois dire franchement que je n'étais pas motivé pour aller à l'eau, sans vent c'était forcément SUP, et SUP sous la pluie dans la baie (marée basse donc pas de ria à explorer), c'est pas vraiment tentant vu de l'extérieur.


Quelques éléments de motivation cependant, un petit repérage de la perche cardinale Ouest du Pladen pour le challenge GPS, profiter de la marée basse de bon coefficient pour mieux connaitre les récifs locaux et ne rien avoir à gréer pour aller à l'eau.


Et là il s'est passé un truc bizarre, à peine j'étais monté sur le Sea Lion, au premier plantage de pagaie dans l'eau, la motivation est revenue d'un bloc, à fond, j'étais bien, content d'être là, malgré les conditions moisies, plaisir d'aller à l'eau et de pagayer pour me réchauffer.


Magie du SUP? Ca aurait été pareil en kayak? Je ne sais pas mais en tout cas j'ai bien apprécié ma balade, courte et intense, vivifiante, mais sympa.


Avec un vent latéral bien plus important qu'attendu (ça aurait bien plané en planche, et même pas la plus grosse), le clapot qui va avec et qui a perturbé ma stabilité tout du long, j'ai gagné le plateau rocheux du Pladen, à un peu plus d'1km du rivage. J'ai pu bien repérer la perche au GPS, puisque j'avais pied tout autour. Retour avec des petits coups de "downwind" pour me reposer.


Un atout du SUP par rapport au windsurf, c'est qu'en rando, sur plat (ou à peu près), on peut aisément laisser travailler le corps et utiliser son cerveau pour réfléchir à autre chose, un peu comme lorsqu'on fait de la marche, mais en plus fun. Et cet après-midi, mes pensées ont bien vagabondé, autour du sujet du SUP en mode rando ou race, pour aligner les longues distances à une vitesse moyenne bien meilleure qu'avec la Sea Lion qui est bien courte à ce jeu là. Je suis avec beaucoup de curiosité l'essor du SUP race et ces épreuves de longue distance en pleine mer, ça m'attire beaucoup. J'aurais du participer en octobre à la Hoalen Paddle Race, dans le chenal du four, mais j'ai du annuler à mon grand regret.

Je dévore avec avidité les sujets tournant autour des flotteurs (on dit même "bateau" à ces tailles là) sur www.forumdesup.com et je les trouve superbes avec leur coque ultra-fluide, j'y retrouve mes premières amours côté bateaux (photo), bref ça me fait envie, rêver, tout ce que vous voulez.


En prime certains bateaux sont homologués en division 240, comme certains kayaks de mer, ce qui ouvre la possibilité de navigation jusqu'à 6 milles d'un abri, et par conséquent autorise de ralier des îles situées jusqu'à 12 milles de la côte (les Glénan les doigts dans le nez), ou de franchir des segments de côte de 12 milles sans abri (et par exemple passer la Pointe du Raz pour un tour de Bretagne!). Choses impossibles en windsurf, limité à 2 milles d'un abri, hors escorte par un bateau. Bref un univers neuf et riche de possibilités, qui m'attire vraiment!


J'ai lancé quelques perches dans ce sens, j'en lance une ici-même, j'essayerai avec beaucoup d'intérêt et de plaisir des 12'6 (3m80) et plus, avis aux possesseurs de ce genre de bateau... J'ai déjà un essai d'une Hobie 12'6 en vue avec un collègue SUPer de Concarneau, y'a plus qu'à!

Affaire à suivre...

Tracé de la session
Carte de la session du 2011-01-25

Windsurf, SUP, Kayak, VTT, Ski…