beau temps, T° douce, plan d'eau plat à clapoteux, vent nul à 12nds.

Spot Les Sables Blancs - France/Bretagne/Finistère (29)
Vmax4.29km/hV5x10s--nds
Distance6.5kmV500m3.06nds
Durée1h29m43s

Beau temps, T° douce, plan d'eau plat à clapoteux, vent nul à 12nds.


Vu la météo très incertaine côté vent, j'ai opté pour le SUP, en longeant la côte sous le vent j'ai pu avoir un plan d'eau bien plat et très agréable. Je suis parti de la corniche de Concarneau, et je l'ai longée direction l'entrée du port. J'ai traversé le chenal vers l'anse de Kersoz où le soleil est sorti en grand, les lumières étaient déjà belles, mais là... royal et en prime la chaleur du soleil, un peu plus et je me serais cru en été.


Grâce à la marée basse j'ai pu survoler des fonds marins habituellement trop lointains pour être visibles et là par contre je voyais les étoiles de mer sur les rochers ou le sable, et de grandes algues aux feuilles très larges formaient comme des arbres sous-marins. Avec le soleil tout ça a pris plus de couleurs et j'ai bien apprécié le spectacle. C'est une différence du SUP par rapport au kayak, la position debout donne un angle de vision beaucoup plus vertical, ce qui permet de voir ce qui se passe sous l'eau, alors qu'en kayak on a plutôt les reflets de l'eau qui coupent cette vision. Cest une question qui revient souvent parmi les gens que je croise, pourquoi le SUP et pas le kayak, pour l'utilisation "rando" que j'en ai. Pour moi c'est essentiellement la position debout, qui permet de travailler l'équilibre, ce travail musculaire plus complet sur l'ensemble du corps, cette spécificité de la vision sous-marine, et également une vue plus haute sur l'environnement, on y voit mieux.


Une fois mon parcours le long de la côte fait, j'avais 2 options: revenir sur mes pas ou repasser plus au large, en suivant le contour de l'anse de Kersoz, l'option 2 est venue toute seule, je savais que j'aurais plus de vent mais un peu de sport n'était pas pour me déplaire. De fil en aiguille j'ai fini par revenir dans le chenal et j'ai pensé aller repérer la tourelle verte du Cochon qui marque l'entrée du chenal et qui nous sert également de limite pour l'un de nos runs virtuels sur le challenge GPS de la baie de Concarneau. Plus je me rapprochais du Cochon, plus le vent montait dans mon dos... je me suis faufilé dans un dernier groupe de rochers avant d'attaquer la pleine eau qui me restait à parcourir mais à 100-150m du Cochon j'ai préféré faire demi-tour, le vent me poussait trop et je craignais de galérer pour revenir, pas trop plaisanter avec le vent de terre, surtout quand il monte. Une fois mon demi-tour fait, je pique droit dans l'axe du vent et je ne regrette pas d'avoir renoncé, dans les risées je fais du sur-place, je me plie en 2 pour offrir moins de prise au vent et je lutte pour avancer tel un traceur de la horde du contrevent. Péniblement je remonte vers Concarneau et petit à petit le Cochon s'éloigne tandis que la bouée de l'Anse de Kersoz se rapproche. A ce moment-là, un kayak qui rentrait de balade, un modèle typé kayak de descente, m'a dépassé et il filait bien lui, tandis que je peinais contre le vent, faudra que j'essaye ça aussi à l'occasion!


Une fois revenu à la hauteur de la bouée, j'ai piqué vers mon point de départ, avec le vent sur mon côté, de quoi ramer toujours à gauche, ça fatigue à force mais ça avançait mieux.


J'ai regretté de ne pas avoir pris la caméra, les lumières étaient vraiment belles sur la mer, avec au départ de beaux contrastes entre les nuages sombres et les percées de lumière, de belles gloires sur l'horizon, avec toute la flottille de Laser disséminée sur un plan d'eau tout plat et les Glénan au fond. Par la suite quand le soleil est sorti, il a révélé les fonds sous-marins, ça aurait fait de belles photos, je prendrai la caméra la prochaine fois, juste comme un appareil photo étanche, pas pour filmer ou photographier en continu.

Tracé de la session
Carte de la session du 2011-01-26

Windsurf, SUP, Kayak, VTT, Ski…